Vers une communauté amie des bébés!


La suite naturelle de l'Initiative pour des hôpitaux amis des bébées est le concept de la Communauté amie des bébés et c'est un concept qui gagne en popularité. Les activités qui naissent de ces projets sont aussi nombreuses qu'étonnantes. Des femmes an Alberta et en Colombie-Britannique ont organisé des groupes de soutien qui font la promotion des Communautés amies des bébés. Le groupe The Calgary Breastfeeding Matters effectue des pressions pour que les mères qui allaitent se sentent les bienvenues et à l'aise sur le site du Stampede. La pharmacienne, Jennifer Peddlesden, a soumis des résolutions à l'Associaton pharmaceutique canadienne ayant rapport à la protection et la promotion de l'allaitement dans les pharmacies. Des infirmières publiques, à Peterborough, jumellent chaque nouvelle maman à une mère nourrice expérimentée qui saura apporter le soutien dont elle a besoin. Le Conseil municipal de Toronto a passé treize recommandations du Conseil de la santé visant à obtenir des lieux de travail et des centres d'achats amis des mamans, à faire remplir un formulaire de consentement pour l'utilisation des laits artificiels dans les hopitaux, a faire adopter le Code de l'Organisations mondiale de la santé, à établir des normes de conduite professionnelle, à promouvoir l'allaitement et à encourager la communication entre les professionnels de la santé de l'Ontario. Penny Forret, consultante en lactation à London en Ontario, est très heureuse de la réaction des communautés envers les cliniques d'allaitement de demi-journées dans plusieurs centres d'achats de quartier, service offert une fois par semaine par le St. Joseph's Hospital dans le cadre de son programme d'entraide à la communauté.

 

À l'étranger, le Royal College of Midwives, en Grande-Bretagne, a effectué deux sondages l'an dernier afin d'étudier et améliorer l'attitude de la communauté envers l'allaitement. Entre juin et septembre 1993, 70 écoles-satellites du RCM ont fait une enquête auprès de 734 restaurants familiaux et leur ont accordé des prix - 3 bébés, 2 bébés et 1 bébé - pour leurs politiques favorables à l'allaitement et leurs autres services de soins aux enfants. Les restaurants à attitude négative - 25% d'entre eux - ne se sont mérités aucun prix! Un autre sondage de la RCM pour déterminer l'attitude des hommes à l'égard de l'allaitement en public a indiqué que la moitié d'entre eux avaient des objections et considéraient qu'il faut informer davantage les gens au sujet des beinfaits de l'allaitement, particulièrement les hommes de 15 à 24 ans.

La résolution de 1994 de l'AMS (Assemblée mondiale de la santé) recommande

d'appuyer les femmes dans leur décision d'allaiter en éliminant les obstacles et en empêchant l'interférence des services de la santé, du monde professionnel ou de la communauté en général.

L'affiche de Santé et Bien-être Canada illustrée ci-contre, dit "L'allaitement. N'importe où, n'importe quand". Mais, c'est un message qui ne reflète pas encore la réalité. En fait, comme l'auteure-compositeure Janet Russel, trop de mères doivent memer leurs propres campagnes des droits de la persone. Au mois de février 1994, le surintendant adjoint du conseil scolaire de Scarborough, R.G. Graham, a informé Mary McCooeye, parent et bénévole, que la directrice avait eu raison de lui demander de ne pas allaiter son bébé dans la salle du personnel et de lui proposer un autre endroit dans l'école. Madame McCooeye, présidente de l'association parents-enseignants, effectuait des photocopies quand son garçon de deux mois et demi s'est mis à réclamer son boire. Elle estime que la proposition de la directrice d'utiliser son bureau pour allaiter n'était pas appropriée et pouvait compromettre le rôle confidentiel de la direction. Elle nourrit maintenant son fils dans son automobile, une alternative plutôt froide en hiver.

À Latham, à New York, quarante femmes se sont rassemblées pour une session d'allaitement dans un petit centre commercial après qu'un garde de sécurité eût demandé à Liza Habiby et son bébé de trois mois de quitter les lieux. La loi new-yorkaise reconnaît le droit d'allaiter en public. Au Toledo Museum of Art, cependant, on a demandé à Jane Noffke d'aller "ailleurs" avec son nourrisson (voir Breastfeeding cover up at Rubens exhibit dans le Toronto Star du 17 avril 1994) alors qu'au Houston Museum of Natural Science on a dirigé une mère et son fils de 7 mois vers les toilettes au sous-sol.

Ce sont là des cas qui ont fait les manchettes, mais on entend rarement parler des douzaines ou même des centaines de femmes qui ont nourri leur bébé dans les mêmes circonstances sans que personne ne les remarque. Les femmes ont le droit d'allaiter leur enfant sans avoir à se soucier de la réaction des gens. "Des communautés culturelles, dites moins évoluées que la nôtre, nous donnent de bien bonnes leçons" souligne Emil Sher, un écrivain qui a vécu deux ans dans un petit village d'Afrique de Sud. "Les seins nus sont chose commune dans le village. Les femmes nourrissent leur enfant où qu'elles soient."

N'importe où, n'importe quand. Combien d'autres femmes devront être humilées en public avant que le bon sens prévale? C'est le temps d'envoyer les pointeurs de doigt dans les toilettes et de laisser les mères et leurs enfants profiter des petits plaisirs de la vie.

 


Table des matières